05/03/14

Quand as tu vu ton père pour la dernière fois ? - Alex Taylor - Editions Jean Claude Lattès

 

Cet ouvrage est l’occasion d’ouvrir, et surtout de vider quelques valises bien cachées dans le grenier de la mémoire…

Que faire, quand on n’a plus de racines ?

Résumé

La vie d’Alex Taylor avait atteint son altitude de croisière, la cinquantaine tranquille, carrière de journaliste « Européen » entre Paris, Berlin, Bruxelles.

Jusqu’à un coup de fil qui l’oblige à tout laisser tomber pour rentrer s’occuper de son père, 90 ans, et atteint de la maladie d’Alzheimer.

Ce livre est l’occasion de faire un voyage vers cette Angleterre que l’auteur avait quittée il y a plus de 30 ans, sans jamais chercher les vraies raisons.

En même temps que son père, les certitudes s’en vont petit à petit…

Etre anglais, européen, gay même.

Surtout, lorsque son père ne sera plus là, ce déraciné à vie comprend qu’il n’aura plus aucune raison de revenir dans le pays qui l’a vu naître…

 

Lien Editions Jean Claude Lattès

 

Quand as tu vu ton père pour la dernière fois ?

Alex Taylor

Editions Jean Claude Lattès : 17 €

 

© Editions Jean Claude Lattès

 

quand as tu vu ton pere pour la derniere fois

 

Posté par Le Blog de Moon à 12:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

03/03/14

In bed with the web - Internet et le nouvel adultère - Yannick Chatelain & Loïck Roche - Editions Chiron

 

La guerre technologique du couple aura-t-elle lieu ?

La méfiance et l’espionnage seront-ils une partie intégrante de la vie de couple au XXIème siècle ?

Un sujet toujours d'actualité...

Résumé

Au travail comme à la maison, nous utilisons Internet au quotidien.

Or le réseau se nourrit d’une véritable économie du sexe, à base de sites de discussion et de rencontres, de logiciels et de périphériques permettant d’augmenter la "Convivialité" de la navigation.

Il n’est pas possible d’y échapper.

Nombre d’individus et de couples n’en ressortent pas indemnes.

La plongée dans l’univers Internet que nous vous proposons est une plongée dans une réalité non protégée.

Nous vous proposons de décrypter les mécanismes qui ont conduit et conduiront une multitude d’hommes et de femmes à tromper leur conjoint sur Internet, et de donner aux victimes de cette forme d’infidélité les connaissances indispensables pour en mesurer le degré de gravité…

 

Lien Editions Chiron

 

In bed with the web - Internet et le nouvel adultère

Yannick Chatelain & Loïck Roche

Editions Chiron : 15 €

 

© Editions Chiron

 

in bed with the web

 

Posté par Le Blog de Moon à 10:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

02/03/14

La mise au pas des écrivains - L'impossible mission de l'Abbé Bethléem au XXème siècle - Jean Yves Mollier - Editions Fayard

 

Un ouvrage d'actualité sur un sujet qui fait polémique : la censure !

Fondé sur un important dépouillement d’archives et de journaux, cet ouvrage édifiant montre que la censure, présente encore au XXIème siècle, et refuge de tous les extrémismes, doit beaucoup à l’abbé Bethléem, et au delà de sa forte personnalité, à l'Eglise catholique et à sa difficulté à laisser l’individu déterminer librement sa destinée...

Résumé

L’abbé Bethléem est surtout connu pour avoir publié, en 1904, un brûlot, "Romans à lire et romans à proscrire", futur best seller.

Mais la force de frappe de son magazine culturel, la "Revue des Lectures", qui parvint à s’imposer dans le paysage culturel de l’entre deux guerres, l’est beaucoup moins.

Ce grand intellectuel catholique, soutenu par le Saint Siège, fut la bête noire des surréalistes qui refusaient ses oukases, et il n’hésita pas non plus à s’attaquer à Gide ou à Mauriac.

Après sa mort, il inspira la loi du 16 juillet 1949 sur les publications pour la jeunesse qui tenta d’empêcher les jeunes éditeurs Pauvert, Losfeld ou Tchou, de publier Sade et les auteurs maintenus dans l’Enfer de la Bibliothèque Nationale.

Jean Yves Mollier raconte avec brio l’histoire de cet abbé chargé de mettre au pas les écrivains (y compris catholiques) au XXème siècle, et de les contraindre à respecter les lois relatives aux bonnes mœurs.

Menacée dans ses certitudes et ses croyances à l’époque de l’Encyclopédie, L'Eglise se souhaitait reconquérir les âmes perdues et traquer le Mal partout où il sévissait.

L’abbé Bethléem s’attaqua au roman, au théâtre, à l’opéra, à la bande dessinée, à l’annonce publicitaire et enfin au maillot de bain féminin, pourtant bien loin du sulfureux bikini de l’après Seconde Guerre mondiale...

 

Lien Editions Fayard

 

La mise au pas des écrivains

L'impossible mission de l'Abbé Bethléem au XXème siècle

Jean Yves Mollier

Editions Fayard : 26 €

 

© Editions Fayard

 

la mise au pas des ecrivains

 

Posté par Le Blog de Moon à 09:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

27/02/14

Les 3 secrets - Edgar Allan Poe - Guy Debord - Le Loup des steppes - Olivier Jacquemond - Editions Sens & Tonka

 

Cet ouvrage reprend les 2 premiers "Secrets", "En mémoire d'Edgar Allan Poe" et "En hommage à Guy Debord", auxquels s'ajoute, en conclusion, le 3ème "Secret", "A la rencontre du loup des steppes de Hermann Hesse".

Résumé

Le secret exerce sur nous de la fascination.

Nous tombons facilement sous son charme, et nous nous laissons finalement asservir par lui car le secret exclut celui qui n’est pas en sa possession.

Loin d’être une modalité comme une autre de la domination, le secret en est une des conditions.

En nous répétant que le secret n’est jamais que ce que l’on savait déjà, Olivier Jacquemond cherche à nous libérer de ce charme.

Extrait

"Le projet des 3 secrets est parti de l'intuition qu'à l'origine de toutes les démarches de connaissance (qu'elles soient scientifiques ou philosophiques), il y a un dogme plus puissant que celui de la Vérité qui est celui du Secret.

Il y a chez ceux qui sont animés par cette recherche de la Vérité, un violent désir de dévoiler un Secret qui nous échappe.

Seulement, ce grand dessein nous semble aussi vain que dangereux.

Vain, parce qu'à chaque fois qu'un Secret est dévoilé un nouveau lui succède.

Le Secret ne cesse de se reproduire, à croire que le Secret n'a d'autre maître que lui même.

Partout où "La lumière est faite", le secret renaît ailleurs.

La Vérité ne fait que chasser le Secret un peu plus loin et ne lève qu'un coin du voile sur lui.

Elle ne le dissipe pas, elle en conforte l'autorité, le prestige naturels.

Dangereux, parce que le Secret exerce une étrange fascination, laquelle nous maintient dans les chaînes de la domination.

Nous nous laissons séduire par le charme du Secret, et nous nous laissons finalement asservir par sa puissance d'exclusion.

Car le Secret exclut celui qui n'est pas en sa possession.

Le Secret nous empêche.

Loin d'être un mode de domination comme un autre, le Secret est sa forme la plus achevée

Plus que le monopole de la violence légitime, elle entretient le mythe de l'Etat (les secrets d'Etat), son emprise sur nous.

Qu'est-ce qui consolide l'autorité, le pouvoir, l'Etat, sinon le secret appliqué ?

On domine moins par la force que par le charme.

C'est une des leçons de "Les 3 Secrets".

Cette recherche sur le Secret nous a permis de nous libérer de la Vérité, des contraintes qu'elle fait peser.

La Vérité est largement subordonnée au Secret : si l'on souhaite connaître la Vérité sur l'affaire J.F.K, on demandera à ce que les dossiers "Secret Défense" soient ouverts au public, comme si le Secret contenait en dernier lieu la Vérité.

Aussi en avons-nous déduit l'existence d'un Secret premier et d'une Vérité seconde, d'où le postulat d'un secret fondamental et non d'une vérité première, d'un Secret qui échapperait toujours à la Vérité et qui la recouvrerait"...

 

Lien Editions Sens & Tonka

 

Les 3 secrets

Edgar Allan Poe - Guy Debord - Le Loup des steppes

Olivier Jacquemond

Editions Sens & Tonka : 15 €

 

© Editions Sens & Tonka

 

les 3 secrets

 

Posté par Le Blog de Moon à 12:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Derrière les grilles - Sortons du tout évaluation - Barbara Cassin - Editions Fayard

 

Les grilles produisent un monde surveillé qui élimine toute inventivité, toute nouveauté, tout espace de liberté.

Un monde mort…

Ne restons pas plus longtemps enfermés derrière les grilles d’évaluation !

Résumé

Instrument indispensable à toute gouvernance, forgé sur le modèle des pratiques des agences de notation financière, l’évaluation a étendu son empire à tous les domaines, tous les métiers, tous les instants, tout, vraiment tout, de la naissance à la mort.

Et elle n’a cessé de prouver, de toutes les manières possibles, son inopérante bêtise et sa dangerosité.

Pourtant, elle n’est jamais démentie : elle promet encore plus, si l’on évalue encore…

Pour comprendre ce qui ne va plus, ce qui ne doit pas continuer, il faut s’intéresser à l’outil universel de l’évaluation : les grilles.

Nous, citoyens, administrés, professionnels, étouffons derrière les grilles.

Il faut coûte que coûte entrer dans les cases.

Il faut réduire chacun de nos actes à une série d’items pour qu’ils soient quantifiables, performants.

Ce que nous faisons les uns et les autres n’a plus de sens : nous ne reconnaissons plus nos vies dans la représentation du monde ainsi formaté…

 

Lien Editions Fayard

 

Derrière les grilles - Sortons du tout évaluation

Barbara Cassin

Editions Fayard : 20 €

 

© Editions Fayard

 

derriere les grilles

 

Posté par Le Blog de Moon à 09:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

26/02/14

Le juste nom de l’amitié - Pour une amitié sans visage - Olivier Jacquemond - Editions Lignes

 

Il est des livres qui s’écrivent comme on déblaie un chemin de vie.

"Le juste nom de l’amitié" est de ceux là.

Enseignant et romancier, Olivier Jacquemond médite sur le lien qui unissait ses aînés : Blanchot, Foucault, Deleuze, Derrida, Barthes, Lyotard.

Ceux que les Américains ont regroupé sous le label de "French Theory" et que lui rebaptise "La Drôle de Génération", se seront essayés, après le désastre infini de la Shoah, à sauver la possibilité même du confiant partage qu’appelle l’amitié.

Quitte à en repenser radicalement les termes.

Désormais, l’amitié prime sur l’ami, elle devient une "amitié sans visage"…

(Philosophie Magazine)

Résumé

L’amitié constitue-t-il un motif philosophique ?

A l’origine, oui.

Mais le temps lui a fait perdre de son éclat.

L’amitié ne pouvait plus être la même : les désastres de la guerre en avaient fini une fois pour toutes avec l’ancienne.

Une nouvelle se dessinerait cependant, qui lui rendra son caractère de motif philosophie éminent.

La question de l’amitié a toujours été inscrite au cœur du projet philosophique.

Or, l’âge d’or de l’Antiquité passé où l’amitié était placée au cœur de la Cité et de l’activité de pensée, cette question a connu une longue éclipse, est devenu ce qu’il convient d’appeler un "Problème Perdu".

L’un des principaux apports de Maurice Blanchot fut d’en ménager le retour, de le réinvestir, à l’intérieur de l’exercice solitaire de l’écriture et de la pensée qui fut le sien.

Cependant, loin de se contenter de réhabiliter l’amitié, Maurice Blanchot s’est efforcé de la penser face au désastre, c’est à dire face à l’événement hors mesure et hors nomination que fut l’holocauste (le judéocide).

Confronté à l’épreuve de l’impensable, l’homme doit en effet faire l’expérience de la finitude, y compris dans la figure de l’ami, qu’il est devenu impossible de regarder sans une certaine méfiance, ou fatigue, tandis que la pensée doit de son côté faire l’expérience de ses limites : comment penser après avoir connu l’impensable ?

L’originalité de Maurice Blanchot aura été de recréer une communauté de destin entre la pensée et l’amitié, en faisant de cette dernière la condition même de l’exercice de la pensée.

Mais il convient de préciser : traversée par la catastrophe, l’amitié blanchotienne n’est plus amitié pour l’ami, mais amitié pour l’amitié, pour son juste nom qui, au delà de la figure familière et désormais inquiétante de l’ami, se projette vers l’inconnu.

En proposant une amitié affranchie du cadre du visage, du piège de la personnification, Maurice Blanchot crée les conditions concrètes pour que la pensée puisse se déployer à nouveau au delà de sa propre finitude.

Cette rupture blanchotienne, toute une génération, de Gilles Deleuze à Michel Foucault en passant par Jacques Derrida, va en assumer l’héritage.

Cette génération, que les Américains ont regroupé sous le label de "French Theory" et qu’Olivier Jacquemond nomme la "Drôle de Génération", va en effet introduire l’amitié dans la pensée comme une force impersonnelle travaillant au cœur de celle ci afin de la prémunir contre certaines de ses tentations centripètes, ou totalitaires.

Dès lors, et bien qu’elle ne soit pas pour autant revenue au cœur de la Cité, l’amitié incarne, comme Jacques Rancière et Miguel Abensour aident à le penser, une forme de résistance à toute forme de domination, une fièvre du lien politique, dont mai 1968 fut l’expression la plus aboutie…

 

Lien Editions Lignes

 

Le juste nom de l’amitié - Pour une amitié sans visage

Olivier Jacquemond

Editions Lignes : 20 €

 

© Editions Lignes

 

le juste nom de l amitie

 

Posté par Le Blog de Moon à 12:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

10/02/14

Une histoire de la frivolité - Sabine Melchior Bonnet - Editions Armand Colin

 

La frivolité est l’art de ne rien prendre au sérieux.

Chaque époque a sa façon de jouer avec la frivolité pour dissiper l’ennui ou escamoter les ravages de la mort, la Grande Faucheuse.

Traditionnellement, l’Eglise la condamne parce qu’elle fait oublier à l’homme, séduit par les Vanités, de travailler à son Salut.

Tandis que le philosophe la considère avec indulgence : "Pour nous consoler de nos innombrables misères, Dieu nous a faits frivoles", se réjouissait Voltaire !...

Résumé

La frivolité est d’abord une figure féminine.

Parce qu’elles ont été écartées pendant des siècles des choses dites "Importantes" et rivées à leur miroir, les femmes en deviennent l’incarnation dans une société dominée par les hommes.

Mais c’est oublier la coquetterie des mignons et des dandys !

Privilège d’une aristocratie oisive, la frivolité se complaît dans les fêtes galantes du XVIIIème siècle, le badinage et les jeux d’esprit, et envahit les arts.

Elle survit joyeusement aux révolutions et aux guerres.

Dans une société démocratique et individualiste qui consomme et gaspille, elle se niche dans les caprices de la mode, et dans la multiplication des objets au service du bien vivre.

Comment se passer de ces petites bulles de bonheur qui soulagent le quotidien ?...

 

Lien Editions Armand Colin

 

Une histoire de la frivolité

Sabine Melchior Bonnet

Editions Armand Colin : 28,50 €

 

© Editions Armand Colin

 

une histoire de la fidelite

 

Posté par Le Blog de Moon à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,