07/02/17

Quentin, qu’ont ils fait de toi ? - Véronique Roy - Editions Robert Laffont

Une mère prête à tout pour sauver son fils des griffes de Daech !

"Allô, bonsoir, ici Quentin.

Je suis désolé, je n'ai pas envoyé de message, ça fait un petit moment.

Comment dire ?

Je vais bien, ne vous inquiétez pas, je vais bien.

Voilà, c'est juste pour vous dire que je suis parti aider des gens, d'accord ?

Des gens qui ont besoin de moi aujourd'hui et, comment dire ?

Je ne peux pas vous dire où je suis exactement, d'accord ?

Je vous rappelle dès que je peux.

Et voilà, je voudrais juste entendre votre voix un petit peu (il sanglote).

Mais ne vous inquiétez pas, je vous assure que je vais bien.

Je suis heureux où je suis"...

RÉSUMÉ

En septembre 2014, Véronique Roy a vu sa vie bouleversée par le départ soudain de Quentin, son fils cadet de 22 ans, pour la Syrie.

Jusque là, les Roy, de tradition catholique, menaient une existence tranquille dans un pavillon de la région parisienne.

Mis devant le fait accompli de sa conversion à l'islam, ils ont accepté le chemin religieux de leur fils, allant jusqu'à l'accompagner (par souci de tolérance, puis sans doute par peur de le perdre) dans sa nouvelle foi.

Mais, peu à peu, le doux Quentin a basculé dans l'islam le plus rigoriste...

Après sa fuite, Véronique, son mari Thierry et leur aîné Yannis communiquent encore régulièrement avec Quentin via Internet et tentent de freiner sa radicalisation.

Malgré l'angoisse, Véronique cherche à le raisonner.

Elle mène son enquête et va tout faire pour le sauver.

Mais en janvier 2016, c'est par un message lapidaire sur WhatsApp qu'elle apprend la nouvelle du décès de Quentin, quelque part entre la Syrie et l'Irak.

Depuis, Véronique Roy se bat pour faire reconnaître sa famille comme victime du terrorisme et empêcher qu'une telle tragédie n'arrive à d'autres...

Lien Editions Robert Laffont

Quentin, qu’ont ils fait de toi ?

Véronique Roy

Editions Robert Laffont : 19 €

© Editions Robert Laffont

quentin_qu_ont_ils_fait_de_toi

Posté par Le Blog de Moon à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

08/12/16

Daech - La main du diable - Claude Moniquet - Editions de L’Archipel

D’où vient l’Etat islamique et quels sont ses buts ?

Le pire est-il encore à venir ?

Telles sont les questions posées dans ce livre.

A la veille d’une période électorale propice à de nouvelles actions violentes, elles sont d’une actualité brûlante…

RÉSUMÉ

13 novembre 2015.

La France connaît les pires attentats de l’histoire française.

22 mars 2016 : des bombes font 32 morts à Bruxelles.

14 juillet 2016 : 86 personnes trouvent la mort dans une attaque terroriste à Nice.

26 juillet 2016 : un prêtre est égorgé dans son église de Saint Etienne du Rouvray.

D’autres attentats ont lieu à Orlando, Istanbul, Dacca ou New York et des dizaines d’autres lieux.

Mais rien n’est terminé…

Derrière cette "guerre" terroriste qui nous est imposée, il y a une organisation : Daech.

Et une stratégie, pensée non par des fanatiques délirants, mais par d’anciens membres des services secrets et de l’armée de Saddam Hussein qui ont rejoint le djihad après l’invasion de leur pays, en 2003.

C’est leur professionnalisme qui rend ces terroristes si déterminés et si impitoyables.

Claude Moniquet, qui a bénéficié d’un accès privilégié aux enquêteurs et à leurs dossiers, nous entraîne au cœur de la plus grande enquête antiterroriste de tous les temps.

En reconstituant, minute par minute, la préparation et la réalisation des attentats de Paris et Bruxelles, il cerne les motivations de Daech, démonte son fonctionnement, explique pourquoi cette organisation est la plus dangereuse que le terrorisme ait jamais enfantée…

Lien Editions de L’Archipel

Daech - La main du diable

Claude Moniquet

Editions de L’Archipel : 21 €

© Editions de L’Archipel

daech la main du diable

Posté par Le Blog de Moon à 09:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

02/08/16

Rapport de la mission d’information de l’Assemblée Nationale sur les moyens de Daech - Jean Frédéric Poisson et Kader Arif

Ce rapport d’information de l’Assemblée Nationale, rendu public le 20 juillet 2016, sur les moyens de Daech constitue l’une des meilleures synthèses, riche en informations confidentielles, à ce jour…

Absolument captivant, d’une grande fluidité, ce rapport est une lecture indispensable pour comprendre les terribles événements qui frappent la France et le Monde !

RÉSUMÉ

Pendant 6 mois, la mission parlementaire a rencontré des centaines de chercheurs, des diplomates, des responsables des services de renseignement et de police, français ou étrangers.

Elle s’est rendue en Belgique, aux Pays Bas, en Suisse, en Arabie Saoudite.

Ce rapport présente de façon précise, particulièrement informée, la genèse du phénomène Daech.

Il analyse les caractéristiques de cette organisation terroriste pour mieux en souligner les limites et les faiblesses.

Il fait également le point sur ses ressources matérielles et son arsenal militaire, notamment le financement diabolique des attentats.

Il traite des ressources immatérielles de Daech : son idéologie, sa propagande, ses capacités médiatiques.

Il nous plonge dans la vie quotidienne et l’organisation de ce pseudo état.

Enfin, il appréhende ce qui constitue la plus grande force de l’organisation djihadiste : sa capacité d’attraction…

Lien Editions des Equateurs

Rapport de la mission d’information de l’Assemblée Nationale sur les moyens de Daech

Jean Frédéric Poisson et Kader Arif

Editions des Equateurs : 15 €

© Editions des Equateurs

rapport de la mission d information

Posté par Le Blog de Moon à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

30/06/16

La jeune fille qui a vaincu Daech - Farida Khalaf - Editions Hugo & Cie

Farida a 17 ans quand, le 4 août 2014, le secteur de Sinjâr, à l’ouest de l’Irak, tombe aux mains des djihadistes du groupe  "Etat islamique".

Les hommes de son village yezidi sont exécutés.

Les jeunes filles, elles, sont faites prisonnières.

Commence ainsi le récit d’un esclavagisme sexuel, qui est, pour Daech, tout ce que méritent les "mécréantes" qui refusent la conversion…

RÉSUMÉ

4 mois durant son emprisonnement, la jeune Farida connaîtra l’enfer de l’asservissement : soumise au groupe djihadiste salafiste, elle subira les pires humiliations, connaîtra les pires douleurs.

Jouet sexuel des soldats de l’armée, produit soldé sur le marché du terrorisme, sa dignité sera quotidiennement bafouée.

Farida n’aura même pas la liberté de mettre fin à ses jours.

Ainsi résignée à vivre, Farida défiera la mort, s’accrochera à l’existence, résistera à l’inhumanité, puis se révoltera.

Une nuit, avec ses comparses otages, elle s’évade.

Mais s’offrira à elles l’hostilité du désert syrien.

Dans cette errance, les dangers ne seront jamais loin.

Recueillie à bout de souffle, Farida devra affronter un commerçant peu scrupuleux, et déjouer les plans de "l’Etat islamique" lancé sur sa trace.

Certaines de ses amies y laisseront la vie.

Après un parcours jalonné de pertes et de larmes, Farida atteindra un camp de réfugiés yezidi situé au bord de l’Euphrate.

Les joies des retrouvailles seront de courte durée, Farida étant jugée "impure" par les siens.

Elle finira néanmoins par retrouver des membres de sa famille, miraculeusement vivants.

Ensemble réunis, la route sera encore longue pour l’Europe…

Farida est aujourd’hui en sécurité, en Allemagne, d’où elle nous livre son histoire.

Lien Editions Hugo & Cie

La jeune fille qui a vaincu Daech

Farida Khalaf

Editions Hugo & Cie : 18,50 €

© Editions Hugo & Cie

la jeune fille qui a vaincu daech

Posté par Le Blog de Moon à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

07/02/16

Dans la nuit de Daech - Confession d'une repentie - Sophie Kasiki - Editions Robert Laffont

Le témoignage exceptionnel d'une femme française partie rejoindre l'état islamique avec son fils et revenue…

"Pourquoi j’ai rejoint l’état islamique".

"Comment je me suis enfuie"…

Résumé

C'est en banlieue parisienne que Sophie Kasiki, mère de famille de 33 ans, rencontre ceux qu'elle nomme les "gamins", 3 jeunes musulmans qui vont progressivement la convaincre de se convertir à l'islam puis de partir pour Rakka, capitale du groupe état islamique, avec son fils de 4 ans.

Sur place à partir de février 2015, Sophie travaille dans un hôpital.

Elle est logée avec son fils dans un grand appartement.

La ville est coquette, cosmopolite : on vient de tous les pays servir le califat…

Mais les choses tournent mal quand les "gamins", qui ont aussi fait le voyage, veulent emmener le fils de Sophie à l'école coranique.

Sophie refuse, elle reçoit des premiers coups, elle demande à rentrer en France et la voilà bientôt séquestrée avec son fils, sans papiers ni téléphone.

Après plusieurs semaines d'enfer, Sophie est jetée en prison avec son fils.

Elle parvient à s'évader, le petit caché sous sa burqa, mais ils n'ont nulle part où aller et sont en danger de mort.

Leur salut vient d'une mère de famille syrienne qui les recueille au péril de sa vie, ainsi que d'une stupéfiante chaîne de solidarité, tissée de la France à la Turquie, quand les autorités françaises se sont révélées impuissantes.

C'est un commando de l'armée syrienne de libération qui organise leur exfiltration.

Plusieurs fois, Sophie a joué sa vie et était prête à la perdre, mais la volonté de sauver son fils a été plus forte que tout…

Lien Editions Robert Laffont

Dans la nuit de Daech

Confession d'une repentie

Sophie Kasiki

Editions Robert Laffont : 18 €

© Editions Robert Laffont

dans la nuit de daech

Posté par Le Blog de Moon à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

22/11/15

Michel Hazanavicius répond aux attaques terroristes qui ont visé Paris - Lettre ouverte du 18 novembre 2015

Dans une lettre ouverte diffusée le 18 novembre 2015, Michel Hazanavicius répond aux attaques terroristes qui ont visé Paris.

Le cinéaste s’adresse à Daech… 

Daechois, Daechoises,

Donc ça y est, c’est officiel, vous êtes en guerre contre nous.

Ce qui est frustrant, c’est que vous n’avez ni uniforme ni signe distinctif, on ne sait pas vous reconnaître, et nous n’avons donc personne contre qui se battre.

Frustration qui j’espère n’entraînera pas la désignation de faux coupables.

Pourtant, même si chaque mort représente sans doute pour vous une victoire, il faut que vous sachiez que vous n’êtes pas prêts de gagner.

A dire vrai c’est même impossible.

Parce que quoi que vous fassiez, vous ne nous changerez pas.

Ici, en France, nous ce qu’on aime, c’est la vie.

Et tous les plaisirs qui vont avec.

Pour nous, entre naître et mourir le plus tard possible, l’idée est principalement de baiser, rire, manger, jouer, baiser, boire, lire, faire la sieste, baiser, discuter, manger, argumenter, peindre, baiser, se promener, jardiner, lire, baiser, offrir, s’engueuler, dormir, regarder des films, se gratter les couilles, péter pour faire rire les copains, mais surtout baiser, et éventuellement se taper une joyeuse petite branlette.

On est le pays du plaisir, plus que de la morale.

Ici, un jour, il y aura peut être une place Monica Lewinsky, et ça nous fera rire.

Personne ne l’a jugée, ici.

Alors dans la baise, c’est vrai que nous en France, on fait des trucs avec lesquels vous avez du mal.

On aime bien lécher le sexe des femmes.

Pas tous, sûrement, mais beaucoup d’entre nous.

Et les fesses et le cul, aussi.

Là aussi, pas tous, mais bon.

Et les femmes aiment bien faire des fellations.

On appelle ça des pipes.

C’est très agréable.

Bien sûr là aussi, toutes les filles n’aiment pas ça, et on ne force personne, mais ça se fait.

Régulièrement.

Et avec beaucoup de plaisir.

Et puis il y a des garçons qui aiment bien ça, aussi.

Se faire des fellations ou se lécher ou se pénétrer entre eux.

Et les filles, c’est pareil.

En fait, ici, ce qu’on aime, c’est faire ce qu’on veut.

On essaye de ne pas gêner les autres, c’est le principe, mais on n’aime pas trop qu’on nous dise trop fort ce qu’on doit faire ou ce qu’on ne doit pas faire.

Ça s’appelle la Liberté.

Retenez bien ce mot, parce qu’au fond, c’est ça que vous n’aimez pas chez nous.

Ce n’est ni les Français, ni les caricaturistes, ni les Juifs, ni les clients de café ni les amateurs de rock ou de foot, c’est la Liberté.

La deuxième chose, c’est qu’en tuant comme ça, à l’aveugle, avec un objectif uniquement comptable, vous prenez le risque de tuer des français de plus en plus représentatifs de la France.

A la limite, en ne tuant que des juifs ou que des dessinateurs, les non juifs qui ne savent pas dessiner pouvaient toujours vous trouver des excuses ou se sentir étrangers à cette guerre, mais là ça va être de plus en plus dur.

Parce qu’en atteignant un échantillon représentatif de la France, vous allez toucher à ce que nous sommes vraiment.

Et qui sommes nous, vraiment ?

Et bien c’est justement ce qui est beau ici, c’est que nous sommes plein de trucs.

Bien sûr il y a quelques français français français.

Mais il y a des français italiens, des français espagnols, des français arabes, des français polonais, des français chinois, des français rwandais, des français sénégalais, des français algériens, berbères, ukrainiens, géorgiens, américains, belges, portugais, tunisiens, marocains, tchétchènes, ivoiriens, maliens, syriens, des français catholiques, des français juifs, des français musulmans, des français taoïstes, des français bouddhistes, des français athées, des français agnostiques, des français anticléricaux, des français de gauche, des français de droite, des français du centre, des français abstentionnistes, des français d’extrême gauche, d’extrême droite, il y a même sans doute des français djihadistes et même des français futurs terroristes que vous risquez de tuer.

Il y a des français riches, des français pauvres, des français sympas, des français gros cons, des français amoureux, des français égoïstes, des français misanthropes.

La liste pourrait s’étendre presque à l’infini, avec toutes les combinaisons et tous les sous groupes possibes.

Il y a même des français non français, parce que la France étant si belle, il y a toujours et constamment une partie de notre population qui est les touristes.

Sans compter les clandestins, qui ne sont peut être pas officiellement français, mais quand même ils vivent là, donc vous pouvez les tuer comme tout le monde.

Ça cela s’appelle l’égalité.

Face à la mort, vous pouvez toujours cibler ce que vous voulez, vous nous toucherez tous.

Et on va comprendre, nous, ce à quoi vous vous attaquez.

Nos valeurs.

Simples.

Ces valeurs qui font que la vie ressemble à ce qu’elle est.

Imparfaite certes, avec son lot d’injustices c’est vrai, mais ce sont ces valeurs qui font que nous vivons ici de manière aussi digne que possible.

Ce pays dans lequel nos pères, et les pères de nos pères et leurs pères avant eux ont choisi de vivre, et pour lequel beaucoup d’entre eux se sont battus.

Et ce qui va arriver, à un moment ou un autre, c’est que nous allons être solidaires, grâce à vous.

Nous allons comprendre que ces valeurs sont en danger.

Et nous allons les aimer et les faire vivre encore plus fort.

Ensemble.

Ça cela s’appelle la fraternité.

C’est pour ça que vous ne pourrez pas gagner.

Vous allez faire des morts, oui.

Mais aux yeux de l’Histoire, vous ne serez que les symptômes abjects d’une idéologie malade.

Bien sûr nous ne gagnerons pas non plus.

Des gens vont mourir, pour rien.

D’autres vont décider de s’en remettre à des Le Pen, des Assad ou des Poutine pour se débarrasser de vous, et nous allons peut être doublement perdre.

Mais vous ne gagnerez pas.

Et ceux qui resteront continueront de baiser, de boire, de dîner ensemble, de se souvenir de ceux qui seront morts, et de baiser… Michel Hazanavicius 

Lien Michel Hazanavicius

michel hazanavicius

Posté par Le Blog de Moon à 09:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,