Claude Duneton (1935/2012) expose, dans ce livre, la plus provocante des thèses : vivons nous, aveugles ou impuissants, "La mort du français" ?

Alors que la disparition de notre langue reste considérée, par les linguistes, comme un pur fantasme, une peur irrationnelle exprimée seulement par quelques académiciens nostalgiques, l’auteur entraîne le lecteur dans un voyage en France à travers le temps et les langues.

Français ! Réagissez ! Banissez tous les anglicismes qui ont envahi notre vocabulaire et qui ont leur équivalent en bon français !

RÉSUMÉ

Claude Duneton évoque longuement l’importance qu’a eue la suppression des langues secondaires, rappelle, fait méconnu, que notre pays est le seul en Europe, et peut être au monde, où les 85% de la population ont changé de langue depuis 100 ans.

80% des familles françaises n’étaient pas de "langue française".

Et il souligne cette évidence : Le français n’est pas véritablement la langue des Français.

Fabriquée dès le départ par une chatoyante élite, puis travaillée au long des siècles comme un bijou par une coterie de gens du monde, elle ne possède aucune assise locale, aucun terreau régional sur lesquels elle a poussé.

Alors que l’anglais, l’allemand, l’espagnol, ou plutôt le castillan, sont des plantes "de plein air" qui sont les produits d’une lente germination sur leurs sols nationaux, le français, lui, est une plante de serre, choyée, raffinée, distribuée ensuite à la nation Française en lui faisant obligation de ne pas l’abîmer.

Cher lecteur, Claude Duneton vous apprend que la langue française n’a peut être plus que votre vie devant elle : rendez vous compte que ce n’est pas l’éternité…

Lien Editions Plon

La mort du français

Claude Duneton

© Editions Plon

la mort du francais