On dit que l’histoire ne se répète pas.

Mais les géologues le savent, sur des temps très longs, des forces agissent à distance, capables de rouvrir de vieilles failles, ou de les refermer.

L’ouragan Xaver arrive…

Un roman fascinant !

RÉSUMÉ

Le héros de ce grand roman sur la fracture des êtres, des cœurs et des continents, c’est d’abord un haut fond en mer du Nord, le Dogger Bank.

Il y a encore 8.000 ans, avant d’être englouti, c’était une terre émergée, habitée, une île presque aussi grande que la Sicile.

Les archéologues lui ont donné un nom : le Doggerland.

Ce territoire mystérieux, Margaret, géologue, l’a choisi à la fin des années 80 comme objet d’études, quand elle aurait pu suivre la voie des exploitations pétrolifères.

Comme Marc Berthelot qui a brutalement quitté le département de géologie de Saint Andrews, et Margaret, pour une vie d’aventure comme ingénieur pétrolier sur les plateformes offshore.

Calant son rythme de vie sur celui du baril de Brent, le pétrole extrait de la mer du Nord, dont les cours enchainent les envolées et les effondrements.

20 ans après leur rencontre, Marc et Margaret sont invités à un congrès à Esbjerg, au Danemark.

Ils pourraient décider de faire le choix de se revoir.

Mais la veille au soir, le 5 décembre 2013, la Grande Bretagne est placée en alerte rouge.

La tempête Xaver, requalifiée en ouragan, déboule sur l’Europe du Nord.

On suit avec fascination sa montée en puissance.

En même temps qu’elle réveille les fantômes du Doggerland, elle ranime les souvenirs d’il y a 20 ans, ravive les choix des uns et des autres, et met en question les conditions extrêmes de développement des plateformes pétrolifères, des parcs éoliens, de l’exploitation toujours plus intense des ressources naturelles…

Lien Editions P.O.L

Doggerland

Elisabeth Filhol

Editions P.O.L : 19,50 €

© Editions P.O.L

doggerland