Splendeurs et misères des faits divers !

Un panel de cas choisis avec saveur pour nous faire rire autant que réfléchir...

RÉSUMÉ

Considérez 2 titres d’articles récemment parus.

"Pour se venger de sa mère, il tue son chat à coups de marteau" et "Étude expérimentale de l’embolie gazeuse par voie carotidienne chez le chat".

Dans les 2 cas, le chat a passé un mauvais quart d’heure.

Dans les 2 cas, les faits se sont produits à Marseille, dans un quartier défavorisé de la ville pour l’un, à l’Institut de Neurophysiologie et Psychophysiologie pour l’autre.

Le 1er article est un fait divers, le second, de la science.

Et si le 1er chat est mort pour rien, les autres ont fait progresser la connaissance sur les embolies.

Mais la différence est-elle aussi profonde qu’on le croit ?

Afin de le savoir, pourquoi ne pas traiter le fait scientifique comme un fait divers et, plus ardu, le fait divers comme un fait scientifique ?

La presse offre bien des exemples.

Physique

Le présumé violeur se défend : "J’ai trébuché et je l’ai pénétrée par accident".

Chimie

"Ils vendaient une potion magique capable de changer du papier ordinaire en billets de banque".

Médecine

"Des radios du poumon de Marilyn Monroe adjugées 45.000 dollars dans une vente à Las Vegas".

Ethnologie

"Il meurt en plein acte sexuel avec un épouvantail"…

Lien Editions du Seuil

Le coup de marteau sur la tête du chat

La science des faits divers

Edouard Launet

Editions du Seuil : 18 €

© Editions du Seuil

le coup de marteau sur la tete du chat