Pour la 1ère fois, Christian Iacono raconte.

Il parle à cœur ouvert de cette affaire qui lui a couté bien plus que 15 ans de sa vie !

Vence - 13 juillet 2000.

Christian Iacono, maire de la commune, est mis en examen et incarcéré : son petit fils, Gabriel, l'accuse de viol.

Le différend qui l'oppose à son fils est-il la cause de cette plainte ?

25 mars 2015 - Lyon.

C'est la fin d'un feuilleton judiciaire qui aura duré 15 ans.

Christian Iacono, 80 ans, sort du tribunal à l'issue de son procès en révision devant la Cour d'Assises du Rhône.

Résultat final : l’annulation, tant attendue, de sa condamnation !

RÉSUMÉ

L'affaire remonte au début des années 2000.

Alors âgé de 9 ans, Gabriel accuse son grand père, Christian Iacono, de l'avoir violé à plusieurs reprises dans sa villa de Vence, lorsqu'il avait entre 5 et 8 ans.

En avril 2009, l'ex maire est condamné en 1ère instance à 9 ans de prison "pour viol et agressions sexuelles".

Une peine confirmée en appel, en février 2011, par la Cour d'Appel des Bouches du Rhône.

Mais depuis le début, l'accusé n'a eu cesse de clamer son innocence.

"J'irai jusqu'au bout, toute ma vie, pour que mes enfants et mes petits enfants soient fiers de porter le nom Iacono", avait-il notamment affirmé devant la Cour.

Mais en mai 2011, un coup de tonnerre survient dans le dossier, quelques mois à peine après la condamnation en appel.

Alors qu'il a maintenu ses accusations à l'encontre de son grand père pendant 11 ans, le jeune homme de 20 ans se rétracte.

S'il a bien été violé, il "ignore par qui", témoigne-t-il dans Nice Matin.

"J'ai peut-être effectué une transposition, désigné mon grand père à la place de quelqu'un d'autre".

"Je n'ai pas envie qu'il passe 1 jour de plus en prison alors qu'il est innocent", clame-t-il.

Une requête en révision est donc déposée par Christian Iacono auprès de la Cour de Cassation sur la base de ces rétractations.

Gabriel a demandé "pardon" à son grand père, après avoir expliqué qu'il avait menti, petit, "pour attirer l'attention" et réunir ses parents autour de lui.

Le jeune homme expliquait aussi avoir "été convaincu par les divers médecins de la réalité de ses propres mensonges jusqu'au 1er procès".

Il assure avoir commencé à ressentir des doutes dès le 2ème procès, sans oser "les formuler à haute voix" en présence de ceux qui l'avaient soutenu jusque là…

Lien Editions Sudarènes

Le mensonge

Christian Iacono

Editions Sudarènes : 19 €

© Editions Sudarènes

le mensonge