Gérard Vincent, homme de main de François Marcantoni, raconte sa vie de malfrat dans un langage digne de Michel Audiard !

Truculent…

RÉSUMÉ

"Mon éditeur m’a  bassiné le chignon pour que je me coltine ce baratin pour te filer l’envie de te farcir ce chef d’œuvre de la littérature.

L’enculerie commence dans mon beau 2 pièces à sic du mat, par une envolée de 10 perdreaux du 36, de chez les Orfèvres.

J’ai cru qu’ils s’étaient plantés d’étage.

Et  merde !...

C’est bien ma pomme qu’ils sont venus emballer !

72 plombes à patauger dans les bégonias !

Après leur cinoche, sûr que j’allais m’arracher peinardos.

Voilà qu’un juge d’instruction veut me baver à 2 doigts des bacchantes.

D’entrée, j’entrave que ce curieux, est vraiment très curieux, sans me laisser jacter.

Il me colle sous le pif un mandat de dépôt gratiné : "Association de malfaiteurs, bande organisée, extorsion de fonds, dans le cadre d’une enquête pour assassinat"…

Un lascar a eu la mauvaise idée de se faire dessouder en plein Paname.

Au ballon, je m’acoquine avec des bronzés.

A la 1ère convoque de l’instructeur, j’entrave direct que ce gonze se barre grave de la caisse, il dévisse du chapiteau, il a des pépins dans le melon.

L’avocat que je m’engorge n’est pas mal non  plus.

S’il existe un concours de nazes ou d’abrutis, sûr qu’il gagne !...

Obligé de m’allonger sur 40 piges d’intimité avec le parrain des parrains corses, qui a toujours  tenu  le  paveton : François  Marcantoni !

L’homme était immense, immense !

Il ne faut pas pousser la marguerite.

Je vais pas me farcir non plus un chapitre !!!

T’as plus qu’à mettre la paluche dans ta fouille...!!!

Et bon bouquinage". Gérard Vincent

Lien Editions Le Texte Vivant

Merci Monsieur le Juge !

Gérard Vincent

Editions Le Texte Vivant : 22 €

© Editions Le Texte Vivant

merci monsieur le juge