Le témoignage de la navigatrice, tombée à l'eau le 29 octobre 2011, alors qu'elle fêtait son anniversaire à bord de son voilier.

Elle affronte la mort en pleine mer, en pleine nuit et sans gilet de sauvetage…

EXTRAITS

"J'ai basculé en une fraction de seconde.

Je suis dans l'eau.

Il fait nuit noire.

Je suis seule.

Je tourne la tête en tous sens, instinctivement.

Je vois mon bateau qui s'éloigne…

Dans quelques instants, la mer, ma raison de vivre, va devenir mon tombeau.

Effacer toute trace de mon existence.

M'engloutir.

Je ne veux pas mourir.

Je ne veux pas connaître cette chose affreuse qui vous frôle dans les situations extrêmes et qu'on appelle mort…

Je suis foutue…

L'image de ma fille Marie m'apparaît et m'obsède.

Son joli petit minois à la longue chevelure rousse m'accompagne.

Elle va être orpheline, alors qu'elle n'a que 18 ans.

J'ai vu tous les océans, leur bleu profond, la grisaille des tempêtes, les lagons émeraude et limpides.

Mais ce soir, la mer est noire.

Je fouille dans mes poches, instinctivement.

Et là…

Miracle !

Je sens mon portable !

Oui miracle !

En temps normal, je ne le garde jamais sur moi !

Jamais !

Je tombe sur ma mère…

Maman a alors le réflexe d'une mère de marin : Quelle est ta position ?

Je vais donc rejoindre le ciel.

Ce ciel peuplé de milliards d'étoiles, de galaxies inconnues, d'amour, de bonheur et d'éternité.

Je suis sonnée.

Mes pensées se font confuses.

Où vais-je aller ?

Vers quelle étoile ?

Soudain, j'aperçois la lumière de l'hélicoptère.

Le sauveteur qui m'a récupérée grâce à ma lampe frontale descend vers moi le long d'un treuil.

Il m'empoigne.

Je lâche mon téléphone qui tombe au moment où je n'en ai plus besoin.

J'abandonne à l'abîme mon premier sauveur devenu inutile…

La crainte de mourir est pour moi la seule vraie terreur.

De quoi peut-on s'effrayer, sinon ?

De manquer un avion, un rendez-vous ?

De manquer d'argent ?

La vie est un cadeau, il faut la vivre pleinement et croire toujours en son destin"…

Lien Editions Arthaud

Cette nuit, la mer est noire

Florence Arthaud

Editions Arthaud : 16 €

© Editions Arthaud

cette nuit la mer est noire

florence arthaud