Comment imaginer qu’on puisse marcher gaillardement vers la mort, "Cet inévitable pays où l’on finit tous par aller se faire foutre", pour reprendre les mots de Régis Jauffret ?...

ARTICLE de LIVRES HEBDO

"Il n’y en a que pour la jeunesse !

Injections, lifting, gym, musculation : rester jeune à tout prix est le mot d’ordre.

Il faut dire que le modèle à suivre étant la légèreté plutôt que la sagesse, on ne fait guère de place sur le podium de l’épanouissement personnel aux cacochymes.

C’est un secteur en pleine expansion pourtant, les vieux !

A Régis Jauffret, qui franchit le cap des 60 printemps cette année, ça n’aura pas échappé.

"Bravo" est un recueil d’histoires tenues par le seul fil chenu du grand âge.

"Sévère" : affaire Stern, le banquier découvert en combinaison de latex avec 2 balles dans la tête.

"Claustria" : affaire Fritzl, le monstre incestueux ayant séquestré pendant des années sa fille et leurs enfants dans une cave.

"La ballade de Rikers Island" : affaire DSK où le directeur du FMI est accusé d’avoir violé une femme de ménage au Sofitel de New York.

Dans "Bravo", l’arrivée des cheveux blancs n’émousse pas les questions existentielles traversant des destins que "La mort enverra se faire foutre avec sa tendresse de chasse d’eau".

On y croise des figures ou des schémas familiers : le couple bancal, la famille pathogène, la mère abusive, le géniteur irresponsable, la femme hystérique, le mari veule, le célibataire égoïste, l’enfant martyr, le pédophile…

La noirceur est toujours transcendée par l’éclat de rire devant ces situations excessives qui tournent au Grand Guignol : un militaire retraité vend le rein de sa jeune épouse déficiente assommée par les psychotropes (Gisèle prend l’eau).

Ou devant ces visions grotesques : le narrateur croulant avec une "Petite momie à jamais ratatinée" en guise de sexe est gratifié d’une fellation (L’infini bocage).

L’octogénaire cul de jatte, après force Botox et coups de bistouri, a l’air d’une "Inconnue entre 2 âges impossibles à chiffrer" (La badiane empêche de mourir).

Mais la vieillesse extrême n’est-elle pas l’avenir de la jeunesse ?

Que sont ces jeunes sinon "Des godelureaux qui hypothèquent leur quotidien en payant la pension de leurs aînés afin que perdurent les privilèges jusqu’à l’époque où ils pourront enfin faire valoir leurs droits à devenir, eux aussi, de coûteux fainéants toqués de sport, de bridge, de tours du monde, qui finiront atteints de maladies incurables dont, ruinant la société en vaines thérapeutiques, ils mettront des années à mourir en renâclant "?"...

Lien Livres Hebdo

Résumé

Ce roman mosaïque est constitué de 16 fictions.

La vieillesse est le véritable héros du livre qu’incarnent des fous, des sages, des braves gens et des infâmes.

Ces naufragés du grand âge, hantés par leur fin prochaine, s’avancent comme autant de doubles de nous mêmes.

Une prose rigoureuse, drôle, impitoyable, d’une gaieté macabre, aux phrases affûtées comme le fil d’un rasoir…

Lien Editions du Seuil

Bravo

Régis Jauffret

Editions du Seuil : 20 €

© Editions du Seuil

bravo