En 2012, Ahmed Dramé visionna "Ma première fois" de Marie Castille Mention Schaar.

Il décida alors de lui envoyer une ébauche d'un scénario qu’il a écrit.

La réalisatrice y découvrit l’histoire d’Ahmed et de ses camarades de seconde 2 ans auparavant : une histoire de Concours de Lettres, et le désir d’un prof, qui arrive dans un lycée, de tirer ses élèves vers le haut en leur proposant ce concours.

Lorsqu’ils se rencontrèrent, Marie Castille Mention Schaar interrogea le jeune homme sur cette expérience qui a bouleversé sa vie.

"Immédiatement l’envie m’est venue de faire un film de cette histoire"…

Anne Anglès, professeur d’Histoire au Lycée Léon Blum de Créteil, a décidé, contre toute attente, d’inscrire l’une de ses classes au Concours National de Résistance et de la Déportation 2008/2009.

Concours que la classe d’Ahmed a remporté dans la 2ème catégorie "Réalisation d'un travail collectif".

Très vite intéressée par le projet, Marie Castille Mention Schaar a pris contact avec cette enseignante un peu spéciale.

"Elle était très surprise qu’un de ses élèves soit à ce point porté par l’année qu’ils avaient passée ensemble", se souvient la cinéaste.

Ensemble, ils se sont mis à écrire le scénario de "Les héritiers".

L’histoire de cette classe de seconde du Lycée Léon Blum a tout d’un récit de cinéma.

Considérée comme la pire seconde du Lycée, Ahmed Dramé et ses camarades font vivre un enfer à l'enseignante d’histoire remplaçante.

A la surprise générale, lorsque leur professeur Anna Anglès revient, elle leur propose le Concours National de la Résistance et de la Déportation.

Les avis sont mitigés, les lycéens sceptiques.

"On avait peur de ne pas être à la hauteur", se souvient Ahmed Dramé, avant de continuer, "Assez vite, on a senti qu'on lui devait le concours.

Il fallait qu'elle soit fière de nous.

On allait bosser".

La classe de seconde remporta le concours, passa en 1ère et tous eurent leur baccalauréat…

les heritiers