Une réflexion sur l'amour, la mort...

La narratrice, frappée par son mari décide de rompre avec son milieu, monde des élites, monde factice et de se "reconstruire", de guérir de son enfance...

Lucyle est une femme à l'écart, solitaire, silencieuse.

Elle ne manque de rien et manque pourtant de tout.

Elle est absente de la vie : sa famille a été exterminée dans les camps de la mort, ses illusions sur les sentiments et le couple ont volé en éclats sous les mauvais coups.

Comment survivre alors à la violence de la mémoire, de notre monde où chacun est figé dans un rôle social et pornographique et où la plupart de nos contemporains ont renoncé à aimer ?

Il faut néanmoins se relever, naviguer entre les écueils et les morts, résister, s'alléger pour retrouver le chemin de l'innocence et la grâce de l'enfance.

Imposer la splendeur contre la mutilation, toutes les mutilations, physiques, morales, ordinaires…

Un récit fort !

Résumé

C’est la lecture d’une annonce nécrologique qui donne à Lucyle Storm le courage de quitter une vie sans intérêt et d’affronter ses racines.

"Les mutilés" sont ses aïeux qui traversèrent un siècle ensanglanté par les brûlures de l’Histoire, marqués dans leurs chairs et leurs âmes.

C’est aussi sa soeur, la préférée, amputée des 4 membres à 20 ans.

Lucyle, enfin, enfant privée d’amour, adulte mal aimée qui ne sait pas aimer.

Jeune femme de 30 ans ensevelie sous la pesanteur familiale et les secrets trop bien gardés.

Secrets qu’elle va affronter, questionner en convoquant ses fantômes intimes.

Ce premier roman porte un regard sans concessions sur ses contemporains qui ne savent plus ni aimer, ni mourir, dont s’échappent cependant quelques instants volés de grâce.

Au delà des blessures physiques, l’auteur s’attarde essentiellement sur les mutilations mentales, celles qui empêchent de vivre et dont on peut se défaire en fouillant les passés, celui de sa propre enfance et celui de ses ancêtres.

Purger la mémoire familiale afin d’échapper à la fatalité des répétitions.

D’une écriture sculptée, Marianne Vic nous livre le récit d’un combat qui est aussi une prière aux vivants et à la littérature…

 

Les mutilés

Marianne Vic

Editions Equateurs : 18 €

 

les mutiles